Don - Pogona passion

Ma passion pour le pogona
Aller au contenu

Don

Conclusion
Les pogonas sont de petits êtres fragiles qui demandent de l’attention et beaucoup d’amour. Ce ne sont pas des reptiles que nous prenons sur un coup de tête et que nous mettons dans un coin sans nous en occuper. Il faut leur accorder du temps. Je ne vais pas vous réévoquer les différentes « tâches » à effectuer (nourrissage-entretien-matériels à prévoir) car nous les avons vu précédemment.
Ce que je suis en train de vous dire peut vous paraître évident et pourtant, c’est loin d’être le cas.

Laissez-moi vous narrer l’histoire de ce beau petit refuge basé en Charente- Maritime et situé plus précisément au « Gué d’Alleré ».
Julie et son équipe ont décidé de créer ce dernier afin de redonner une nouvelle vie à ces animaux, de leur redonner de l’espoir, la vie qu'ils mériteraient mais qu’ils n’ont malheureusement pas pu avoir. La maltraitance, les abandons existeront toujours hélas. Ce ne sont pas des êtres humains oui mais c'est tout comme. Ces animaux n'ont rien demandé, ils n'ont pas demandé à être enfermés dans une cage ou dans un terrarium. Nous pouvons juste améliorer leur confort de vie. Et c’est précisément là que Piki et son équipe interviennent par le biais de différents services que ce refuge vous offre.

Je souhaiterai insister sur le terme « vous offre » car concernant l'aspect financier de cette activité, ce sont des indépendants, ils ne font aucun bénéfices, ce n'est donc clairement pas pour l'argent. Au contraire, ils souhaitent changer par la même occasion la vision de l'association qui va se remplir les poches au détriment de leurs pensionnaires, des principes et valeurs qu'elle est censée représenter. De plus, le peu de rentrées est aussitôt replacé dans les besoins de leurs pensionnaires, et entre nous, hélas, c'est souvent de leur poche.

Justement, permettez-moi de vous évoquer leurs différents services proposés :

_ Gardiennage

Car il est encore parfois difficile aujourd'hui de faire garder son reptile, son rat ou encore son furet par exemple...
Leur but étant principalement de sensibiliser également la population afin de lutter contre les abandons surtout durant la période des vacances d'été. La rassurer aussi, la confiance est primordiale, ils s’engagent donc toujours à offrir un cadre professionnel certes mais qui reste familial, adapté bien sûr aux besoins de chaque espèce, en plus de régulièrement donner des nouvelles de leur(s) compagnon(s) accompagnées de photos. Ils possèdent un véhicule apprêté et se proposent de se déplacer, cela peut soulager. Ils ne refusent donc pas les malades/convalescents (ayant vu auparavant un spécialiste), étant encore plus délicat de trouver un gardiennage dans ces conditions.

_ Sauvetage

Le plus éprouvant parfois émotionnellement... Ils recueillent les abandonnés/maltraités. Leurs cas les plus récents : une femelle basilic que le "propriétaire" prenait pour un cendrier, donc brûlée de partout y compris les yeux. Une furette d'à peine 4 mois qui allait être euthanasiée car soi-disant agressive, celle-ci était battue, enfermée dans une cage (trop petite même pour un rat) dans ses excréments et de la silice, sans eau ni nourriture depuis plusieurs jours. Un chinchilla mâle retrouvé lors d'un vide maison enfermé dans une cave, le noir et l'humidité, dans les mêmes conditions que la furette. Une femelle pogona anorexique ayant pour seule chaleur/luminosité un vulgaire feu de cheminée de temps en temps...

Un suivi en fonction des besoins de l'animal se met alors en place. Ils sont le plus souvent soignés, réapprivoisés et ré-éduqués le temps nécessaire jour comme nuit jusqu'à complète remise en forme, puis sont replacés dans de sérieux, responsables et bienveillants foyers. Ils restent à la disposition des adoptants, et assurent régulièrement que leurs petits sont choyés comme ils le méritent. Dans d'autres cas, heureusement plus rares, ils les gardent auprès d’eux, et les accompagnent jusqu'à leur dernier souffle...

_ Cures et/ou études comportementales

Cela fait deux ans que Julie travaille sur la médecine douce pour NAC. De nombreux profils correspondent à ce programme qui bien sûr s'adapte à chaque cas, en lien avec le gardiennage/sauvetage ou encore à la demande spécifique du "client". Une manière de prévenir les maux ou encore de les apaiser durablement par le biais d'une autre méthode qui ne remplace pas la médecine mais s'est révélée très efficace.

L'avantage à une clinique c'est cette relation toujours plus proche du propriétaire, pouvoir être à l'écoute et le conseiller à tout moment sachant que ce refuge garde en observation le temps qu'il faut votre petit protégé tant que celui-ci n'est pas remis sur pied ou que son propriétaire souvent débordé n'est pas rassuré. En revanche, les places s'en retrouvent alors limitées contrairement aux cliniques...

Enfin, il existe également un petit coin toilettage (uniquement pour le bien-être de l’animal).

Mais leurs services ne s’arrêtent pas là, ils accueillent d'ailleurs souvent de futurs conseillers en animalerie encore en formation afin de leur transmettre un tantinet leur passion, en tentant de leur inculquer la valeur du respect envers ces petits êtres, en espérant que cela porte ses fruits dans l'avenir et que le commerce ne soit au détriment du bien-être de l'animal…

Vous devez peut-être vous demander ce que vous pouvez faire à votre niveau ? Et bien sachez que si ce que vous venez de lire vous a touché, vous pouvez très bien faire un don à ce refuge. Que ce soit matériel/financier, votre aide sera vraiment la bienvenue.

Adresse du refuge : Julie
Les cœurs à prendre
6, rue des noisettes
17540 Le Gué d’Alleré

Ensemble faisons bouger les choses.
Merci de votre attention et surtout, merci pour eux !



Retourner au contenu